Maigret et l'affaire Nahour

 

 

  • Poche: 189 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (1 mars 1999)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253142204
  • ISBN-13: 978-2253142201

Le mot de l'éditeur

En pleine nuit, le docteur Pardon alerte son ami Maigret : un inconnu vient de lui amener une jeune femme, Lina, légèrement blessée par balle. Puis le couple a disparu, donnant de la blessure une explication très sommaire... Le lendemain, un Libanais du nom de Félix Nahour, joueur professionnel, est découvert assassiné, dans son hôtel particulier. Il n'était autre que le mari de la jeune. femme, dont la police retrouve la trace à Amsterdam, où elle s'est enfuie avec son amant, Vicente, un étudiant colombien. Nahour a-t-il tiré sur sa femme, comme celle-ci le prétend, parce qu'elle voulait demander le divorce ? Faut-il croire le secrétaire de Nahour, aux yeux de qui le meurtrier est évidemment l'amant de Lina ? Maigret ne parvient pas à se contenter de ces explications trop claires. Il lui faudra toute son intuition pour comprendre la mentalité des étrangers dont il s'occupe, et tout son. ascendant pour leur faire avouer peu à peu la vérité.

L'élucubration du bertrand

Maigret est plus ou moins à l’aise dans les milieux qu’il est amené à fréquenter, Georges Simenon de même semble-t-il, car à aucun moment le souffle que nous aimons tant, l’ambiance qu’il réussit à créer dans presque tous ses romans  ne passe vraiment ici. Rassurez-vous, ça reste du Simenon, c’est donc très bien fait, mais la pâte ne lève pas complètement.

Maigret n’aime pas l’enquête dont il est chargé, c’est visible. Il ne l’aime pas parce qu’il est confronté à deux éléments qu’il juge en négatif. Le milieu d’abord : bourgeois, mais pas le bourgeois qu’il connait, car ici c’est du bourgeois international, insaisissable, du bourgeois qu’il ne connait pas, qu’il n’a jamais approché auparavant. La langue ensuite : ces gens là parlent soit l’arabe, soit l’espagnol, soit le néerlandais, pas facile dans ces conditions de percevoir les nuances, de se convaincre d’instinct.

Cette enquête, il la maitrise difficilement. Les personnages mentent presque tous, chacun dans leur langue, ou font semblant de ne pas comprendre. Qui a bien pu tuer Félix Nahour, né d’un père banquier mais qui s’est révélé dans le jeu, en a fait sa profession et s’y est enrichi ? Sa femme, un bel objet blond épousé pour s’afficher aux côtés de son maître ? La femme de chambre de cette dernière, qui est moins idiote qu’elle ne l’affiche ? La bonne, fielleuse parigote qui méprise, voire hait, tous ces gens trop riches ? Le frère du mort, banquier lui aussi, qui avait intérêt au décès de son aîné ? L’amant, qui n’en pouvait plus de voir madame Nahour malheureuse ? Le secrétaire du défunt, ombre maléfique de la maisonnée ?

Cela, vous le saurez en lisant « Maigret et l’affaire Nahour » … Eh bien non, vous ne le saurez pas vraiment, car si la conviction de Maigret est faite, les preuves manquent. D’ailleurs Maigret ne doute-il pas un peu de sa propre conviction ? D’ailleurs, Simenon est-il si sûr de la construction de sa trame romanesque ? C’est là que le bât blesse, ce scénario sent un peu trop le tâtonnement, respire l’indécision du final.

Ce n’est pas un mauvais livre, parce que rien chez Simenon n’est petit ou mal fait, mais on a connu tellement plus fort !

 

Les enquêtes du célèbre commissaire Maigret

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site