Ho !

 

 

Auteur José Giovanni
Editeur Gallimard
Date de parution juin 1998
Collection Serie Noire, numéro 842
Format 11cm x 18cm
ISBN 2070498085
Illustration Pas d'illustrations
Nombre de pages 200

 

 

 

 

 

 

Un très grand polar classique

Le mot de l'éditeur

Holin avait perdu sa licence de coureur automobile pour « accident illicite » et il trouva une bonne place à sa sortie de prison : chauffeur d'une équipe de gangsters. Pour les tueurs, il devint HO !, le raccourci de son nom. On l'interpellait... il obéissait... comme un chauffeur. Jusqu'à ce qu'il apprenne à manier un colt aussi bien qu'un volant. Et ceux qui avaient gardé la mauvaise habitude de l'appeler HO ! sentirent la différence qu'il y a entre un volant et douze balles de colt.

Critique

J'ai un faible pour José Giovanni. Pas pour l'homme, au passé de guerre plus que trouble, mais pour le romancier.

Le style est très pur, trés délié, en un mot très agréable. L'intrigue est tout à fait crédible, et Giovanni a un don tout à fait particulier pour nous faire comprendre les ressorts secrets de ses personnages.

Ce Ho est un petit, tout petit malfrat qui rève de grandir et se fait la réflexion qu'il ne s'en sortirait pas plus mal, sinon mieux, que les tueurs que sont ses employeurs actuels. Alors il va essayer, et réussir: il va monter son propre coup, et là on comprend une facette, mais la facette la plus importante du personnage, facette pitoyable d'ailleurs.

Dans sa quête du moi inachevée, le succès lui monte en effet à la tête, il ne rève plus que de reconnaissance, de célebrité... Pas très indiqué pour un malfrat ! Mais en fait, ce petit truand n'était, et n'est resté qu'un pauvre gosse... A trente ans, il a un raisonnement d'ado. Sa chute était programmée et chute il y aura.

Ho n'est pas un personnage de truand ordinaire, ce n'est pas comme GU du "Deuxième souffle", massif, brutal mais égaré dans un monde qu'il ne comprend plus... Ho, c'est un tout petit malfrat, une petite grenouille qui veut faire le beuf. Tout le talent de Giovanni est de nous faire souhaiter jusqu'au dernier moment qu'il s'en sorte: on ne l'envie pas, mais on ne peut non plus le détester. On le plaint, on l'acquitterait presque.

Interview biographie de José Giovanni

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site